Rechercher
  • Bénédicte Godfroid

Remède pour ceux qui se camouflent, se protègent et finissent par perdre le contact avec eux-mêmes

Dernière mise à jour : 23 avr.


"Avec le temps, le faux-self du surefficient mental va prendre toute la place et peut même devenir brillant. C'est lui qui recevra les encouragements, l'admiration et l'amour. Alors, le vrai moi, depuis son cachot, se sentira de plus en plus seul, de plus en plus vide, de plus en plus malheureux. Lorsqu'on ne se donne plus le droit d'être soi-même, par peur d'être rejeté, jalousé et incompris, quelles que soient ses réussites, on ressent un sentiment terrible de vide et d'imposture. On a l'impression de ne pas trouver sa place, d'être pris pour ce que l'on n'est pas et c'est bien le cas ! Alors, tout en ayant une grande peur de perdre l'amour des autres, il est impossible de le recevoir. Le prix à payer de ce faux self en béton armé et le perfectionnisme, le déni de ses sentiments, des pulsions agressives hors contexte, des relations humaines empreintes de honte, de culpabilité, d'anxiété et de fortes dépressions. "


« Je pense trop », Christel Petitcollin


Pssst : le 3e épisode du podcast A comme Atypique parle justement de la suradaptation, du faux self et du camouflage des hypersensibles!

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout